Vos enfants traqués en ligne

Article du journal de Montréal

Un nombre effarant de prédateurs sexuels écument les sites Internet préférés des jeunes Québécois afin d’y traquer des petites victimes, démontre une enquête du Journal de Montréal qui a permis de prendre à leur propre piège quatre pédophiles.

C’est avec une facilité déconcertante que nos trois reporters ont pu surprendre ces individus qui cherchaient à obtenir des contacts sexuels avec des enfants.

Au cours des dernières semaines, il nous a d’ailleurs suffide personnifier des internautes de 11, 12 et 13 ans sur divers sites interactifs pour être vite assaillis de propositions indécentes et éventuellement criminelles.

«Je peux te montrer bien des choses sur le sexe, sans te forcer non plus. Je serais très doux avec toi comme je l’ai été avec l’autre», a par exemple glissé Pierre (nom fictif), 40 ans, à l’intention de Callie, 12 ans.

«Veux-tu que je te fasse un tour de char contre une… (acte sexuel)», a aussi suggéré Charles (nom fictif), 24 ans, à Aurélie, 13 ans.

Peu de parents le savent, mais il suffit parfois de quelques minutes en ligne pour que des adultes ciblent un enfant et déversent sur lui les pires grossièretés (voir autres textes).

 

Leurre

Le nombre de cas de leurre d’enfant par ordinateur a d’ailleurs explosé depuis 2005 au Québec.

En moyenne, chaque fois que les jeunes filles personnifiées par nos journalistes se branchaient sur Internet, elles recevaient cinq avances de nature sexuelle.

Tout y est passé: exhibitionnisme et séances de masturbation en direct avec une webcam, invitations à poser des gestes dégradants, incitations à produire des photographies osées, distribution de matériel pornographique. Certains propos et certains gestes ont été à ce point dégoûtants que nous ne pouvons en faire mention.

 

Des prédateurs «agressifs»

Certains pédophiles se sont aussi montrés si «agressifs» qu’ils ont proposé très rapidement aux enfants de quitter le monde virtuel et de les rencontrer en personne.

Parfois très directs dans leur approche, parfois paternels et enjôleurs, les prédateurs utilisent de nombreux subterfuges, avons-nous observé. Plusieurs n’hésitent pas à offrir drogue et alcool à leur nouvelle protégée dans l’espoir d’obtenir des faveurs sexuelles.

Plus d’une demi-douzaine d’hommes âgés de 20 à 44 ans ont ainsi fixé un rendez-vous à l’une ou l’autre des jeunes filles personnifiées par nos reporters.

Trois individus se sont tour à tour présentés chez la jeune internaute qu’il croyait avoir séduite. Un autre a poussé l’audace jusqu’à envoyer un taxi chercher une jeune fille de 13 ans.

Face à nos journalistes, les prédateurs ont nié, puis tenté de jouer à la victime ou de rejeter la faute sur l’enfant.

«Sur Internet, c’est plus ouvert, plus facile de parler de sexe. Je voulais juste voir jusqu’où j’irais», a expliqué un des types.

«T’sais, il y a toujours des filles qui aiment les gars plus vieux. Une petite fille de 12 ans, c’est fort pas mal, là. Mais… la fille, tu l’invites à venir te voir, tu lui tords pas un bras, là», a avancé un autre.

Un des prédateurs a dit être dépressif, se sentir seul et se tourner vers les jeunes sur Internet lorsqu’il n’a plus les moyens de se payer une prostituée.

 

Avis à nos lecteurs

Le Journal de Montréal tient à informer ses lecteurs que certains passages du reportage de ce matin peuvent être choquants en raison du langage parfois sexuellement explicite.

Si nous avons conservés certains extraits, c’est parce que nous jugeons qu’ils seront utiles aux parents pour mieux comprendre et éviter les pièges que les prédateurs sexuels tendent à leurs enfants sur Internet.

Nous pensons qu’il est essentiel pour les parents de lire ce dossier qui commence aujourd’hui. Peu d’entre nous — incluant notre équipe qui a réalisé ce reportage–ont pu se douter du danger que peut représenter Internet pour des enfants laissés sans supervision devant un écran d’ordinateur.

Eux-mêmes des parents avec de jeunes enfants dans certains cas, nos reporters ont constaté avec stupeur le nombre inquiétant de prédateurs qui essaient de charmer et de rencontrer des enfants grâce à internet.

Leave a Reply