Joël Devillet

Le calvaire d’un enfant de chœur violé

 

Joël Devillet , victime dans son enfance d’un prêtre pédophile, entend faire rendre gorge à l’Eglise qui l’aurait « mené en bateau pour étouffer le scandale ». Habituellement les enfants violés se cachent pour souffrir.

A l’âge de 35 ans, Joël Devillet, victime dans son enfance d’un prêtre pédophile à Aubange (province du Luxembourg), a décidé de parler. De se montrer. D’exposer haut et fort ses tourments, les silences de l’Église qui lui furent exposés, le parcours judiciaire long et incertain qu’il a entrepris.

Pour « revivre », dit-il. Pour dénoncer « la perversité des hommes de Dieu ». De certains en tout cas. Cet enfant violé, ressuscité par son combat à l’âge adulte. Issu d’une famille nombreuse et modeste, Joël Devillet entretenait un lien affectif profond avec les curés de son village natal. Il lui arrivait de dormir à l’église. Il considérait les vieux prêtres comme des grands-parents, à défaut de trouver chez lui l’affection qu’il recherchait. L’arrivée du jeune abbé G. dans sa paroisse va faire basculer son insouciance en souffrance. Huercano consacre ce soir l’une des deux séquences du magazine

« Il recevait les jeunes chez lui. J’étais comme jaloux. Je voulais qu’il s’intéresse à moi », raconte Joël. Et puis, ce furent les mots tendres, les caresses, de plus en plus appuyées, les fellations, des tentatives de sodomie, jamais abouties. Devenu adulte, Joël continuera à voir ce prêtre, transféré alors dans une paroisse de Flawinne.

Joël a dénoncé son calvaire auprès de l’évêché de Namur qui, selon lui, a tenté d’étouffer l’affaire, de régler le problème entre ses murs. Entré au grand séminaire dans l’espoir de devenir prêtre, il en fut chassé après trois années d’études, parce que là aussi, en quête d’affection, il se prit de sentiments à l’égard d’un autre séminariste…

Sa plainte déposée au pénal à Arlon contre son tourmenteur a été mise à néant, les faits survenus dix ans plus tôt ayant été déclarés prescrits. Joël Devillet entend faire rendre gorge à l’Église qui l’aurait « mené en bateau pour étouffer le scandale ». Il a introduit une action civile à Arlon contre son abuseur ; une affaire toujours pendante.

Dans le même temps, il a mené une action, également civile, contre l’évêque de Namur, Mgr Léonard, à qui il reprochait son éviction du séminaire et sa passivité à l’égard de son violeur, il a partiellement été débouté de cette action par une décision rendue le 19 février dernier. Il s’est distancié de la religion et espère beaucoup de la justice des hommes.

 

SON SITE INTERNET

Leave a Reply