Haïti-Pédophilie : Douglas Perlitz Plaide coupable.

Haïti-Pédophilie : Douglas Perlitz Plaide coupable.

Par Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti.
Radio Souvenir FM, 106.1 : souvenirfm@yahoo.fr

Le Ré.Cit. (Réseau Citadelle) : www.reseaucitadelle.blogspot.com

(Douglas Perlitz reconnait avoir abusé sexuellement d’un enfant haïtien.)
Article de Mayko Michael of Connecticut Post (Texte Traduit par Cyrus Sibert/RESEAU CITADELLE)

http://www.ctpost.com/news/articleGallery/Perlitz-admits-he-sexually-abused-minor-boy-620240.php

NEW HAVEN – Douglas Perlitz, le diplômé de l’Université Fairfield honoré pour la création d’un programme en Haïti visant à aider des garçons sans-abri à se vêtir, se nourrir et à aller à l’école, a plaidé coupable, peu après midi, aujourd’hui, à une accusation d’abus sexuels sur un mineur.

Perlitz a admis devant le tribunal qu’il avait des rapports sexuels avec un garçon, mais n’a pas contesté l’affirmation du gouvernement selon laquelle il avait des rapports sexuels avec plus de huit garçons.

Perlitz, vêtu d’un pantalon kaki et d’une chemise, dit qu’il a voyagé le 6 Juin 2005, de l’aéroport international JFK à Haïti dans le but de se livrer à des rapports sexuels avec un garçon mineur. Il sourit à ses avocats au moment d’entrer dans le palais de justice et a brièvement parlé avec eux avant d’admettre sa culpabilité.

Perlitz sera condamné le 21 décembre.

Le gouvernement a l’intention de recommander une peine de 188 à 235 mois d’emprisonnement contre Perlitz, tandis que les avocats de la défense étaient à la recherche d’une peine comprise entre 97 et 122 mois.

Perlitz, 40 ans, un ancien de Bridgeport et Fairfield, a reçu des fonds de l’Ordre de Malte, un organisme de bienfaisance catholique romaine et recueilli des dons de riches personnes catholiques de Fairfield et de Westchester pour pouvoir créer le projet Pierre Toussaint, un programme en trois étapes à Cap-Haïtien, Haïti, la deuxième plus grande ville du pays, pour préparer à la vie adulte des garçons de rue abandonnés.

Il a été arrêté dans le Colorado en Septembre dernier sur la base de nombreuses accusations de voyages en provenance des États-Unis au Cap-Haïtien dans le but d’abuser sexuellement 18 garçons mineurs. L’affaire avait attiré l’attention internationale, avec le soutien des haïtiens-américains qui ont fait acte de présence dans le tribunal de Connecticut à l’occasion de plusieurs séances préparatoires du procès.

L’accusation est passible d’une peine d’emprisonnement maximale de 30 ans et une amende de 250.000 dollars suivi de la surveillance de près à vie par le département américain de probation. Le gouvernement pourrait demander au juge d’ordonner Perlitz à payer un dédommagement, ce qui permettrait aux victimes de recevoir un traitement physique et psychologique.

La décision de l’accusé de plaider coupable vient tout juste un mois après que le juge de district américain Janet Bond Arterton a rejeté un acte d’accusation du gouvernement fédéral dans le Connecticut contre Perlitz. Selon la décision du juge Arterton, elle ne voyait aucune preuve qu’un crime ait été commis dans sa juridiction, ce qui est l’une des exigences de la loi sur la base de laquelle Perlitz a été accusé.

Cette décision a déclenché une série de rencontres qui ont abouti à un mandat d’arrêt, déposé au tribunal fédéral de Brooklyn, accusant Perlitz de voyager à partir de John F. Kennedy International Airport vers Haïti au moins à deux reprises avec l’intention d’avoir des relations sexuelles avec deux garçons mineurs.

Cette décision du juge Arterton a également conduit le Senior Agent Spécial Rod Khattabi, de l’US Department of Homeland Security, à voyager en Haïti le mois dernier, pour organiser les garçons concernés par le nouvel acte d’accusation – ainsi que d’autres victimes présumées – à voyager aux États-Unis, où ils auront à témoigner devant un grand jury à Brooklyn, ainsi que devant d’autres juridictions d’ici et d’ailleurs. Le gouvernement a auusi receuilli des informations sur d’autres voyages de Perlitz à partir de New Jersey, de la Floride et du Colorado vers Haïti avec l’intention d’avoir des relations sexuelles avec des garçons mineurs.

Possibilité de plaider coupable a pris une ampleur considérable une fois l’accusation a décidé de transférer Perlitz du Centre de détention à gestion privée de Wyatt à Central Falls, RI, au centre de détention urbain bondé de Brooklyn, géré par le gouvernement fédéral. Le transfert de Perlitz a été retardé en deux fois par le Juge Arterton, transfert qui était à l’origine prévu pour le 23 juillet 2010.

Les accusations des jeunes contre Perlitz avaient conduit à une enquête de la Police nationale haïtienne et de l’Organisation des Nations Unies, qui en Janvier 2009 ont exigé un mandat d’arrestation contre Perlitz. Mais, il étant retourné aux Etats-Unis, Haïti et l’ONU ont fait appel aux États-Unis pour le poursuivre.

Perlitz, un diplômé de l’Université Fairfield en 1992, s’était intéressé aux activités pastorales universitaires et après avoir obtenu son diplôme, il s’était engagé dans des activités de bienfaisance au Belize et en Haïti.

Le Projet Pierre Toussaint a inauguré ses activités en 1997 et s’est développé avec la reconnaissance des médias internationaux. Des millions de dollars ont afflué grâce à la contribution de riches catholiques de Fairfield et de Westchester qui ont établi un organisme à but non-lucratif nommé « Haiti Funds » afin de superviser la collecte de fonds.

Toutefois, le projet a connu une grave crise en août 2007, après que plusieurs élèves s’étaient plaints à un journaliste haïtien d’avoir été victimes d’abus sexuels de la part de Perlitz.

L’acte d’accusation contre Perlitz fait état de ses relations avec un éminent leader religieux catholique anonyme, qui selon nos sources serait le Rév. Paul Carrier, aussi bien que de riches catholiques dans la région de Fairfield, pour l’aider à retirer les deux ordinateurs et un coffre-fort de sa maison louée au Cap-Haïtien et de les retourner au Connecticut. Ces actions ce seraient produites au début de la diffusion d’allégations sexuelles contre Perlitz.

Carrier, qui a servi comme aumônier Fairfield University et directeur des activités pastorales universitaires, n’a pas été accusé d’aucun acte répréhensible. Aucun résident de Fairfield n’a fait objet d’une accusation.

Les partisans de Perlitz avaient fait valoir qu’il avait été victime de complot et que les accusations portées contre lui ont été fabriquées de toute pièce par d’autres personnes qui cherchent à prendre contrôle de l’école qu’il a fondée.
RESEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 18 Aout 2010, 20 heures 28.

Leave a Reply