Entretiens avec Jacques Benoit

Pour le portail Antipedophil

 

Antipedophil: Jacques Benoit, qu’est ce qui vous pousse dans votre combat?

 

J.B:Je suis toujours surpris lorsque je regarde les statistiques un garçon sur six est victime de la pédophilie au Québec et un sur cinq au Canada. Combien dans le monde entier ? J’ai mal au cœur parce que notre gouvernement semble encore se fermer les yeux sur cette divine problématique. J’ai encore mal au cœur, lorsque je constate que les médias s’emparent du malheur des enfants pour vendre des nouvelles. J’ai encore plus mal au cœur, lorsque les adultes qui  éduquent les enfants ne veulent pas intervenir afin de passer un message clair aux pédophiles, que nous n’acceptons pas qu’un enfant soit une nouvelle victime de cette inaction des non pédophiles. J’ai écris mon livre avec l’idée folle d’ouvrir sur ce sujet si tabou et honteux pour les victimes masculines. Le pédophile gagne parce que la victime adulte se bâillonne elle-même la bouche en refusant de parler. Il est normal qu’un enfant soit incapable d’ouvrir, puisqu’il n’y a pas ou peu de modèle masculin. Mon hypothèse de départ étant que je n’étais pas le seul à avoir survécu à ce désastre que cause la pédophilie. Le stéréotype masculin étant que l’homme est fort et capable de franchir les obstacles de la vie sans broncher. Je crois que mon livre et maintenant mon site aide à ouvrir tranquillement les yeux sur cette triste réalité. C’est en parlant, que nous protégerons les enfants.

 

Antipedophil: Jacques Benoit, pensez vous que la lutte à notre niveau est efficace et si oui voyez vous se former une dynamique?

 

J.B:Oui, il est impératif de défendre les enfants, oui il est impératif d’éduquer les enfants. Le silence est le meilleur complice du pédophile. La dynamique perverse est de ne rien dire aux enfants. La dynamique impardonnable est d’ignorer la souffrance occasionnée par des malades qui sillonnent la pauvreté affective des gamins. Se croiser les bras est l’équivalent du silence, j’ose croire que nous ne travaillons pas dans le vide. Monsieur Hourcle, je sais que vous avez suffisamment souffert pour me comprendre. Il faut continuer d’abattre ce mur de la honte pour les victimes.

 

Antipedophil: Jacques Benoit, pour vous la prévention est un cheval de bataille! Pouvez-vous expliquer ses avantages et ses utilités?

J.B:Il est impossible de traiter médicalement un pédophile. La récidive est le lot des pédophiles même après un emprisonnement, la castration n’enlève pas les pulsions … Donc, je crois fermement que la solution est du coté de la prévention. L’enfant qui sait sera plus en mesure de se défendre. Je ne parle pas d’apeurer l’enfant par un discours douteux sur les graves dangers de la pédophilie. Il faut savoir doser la parole en fonction de l’âge de l’enfant.

 

Antipedophil: Jacques Benoit, comment vivez vous votre vie d’adulte après l’horreur de l’enfance?

J.B:Le stade de victime est chose du passé, le stade de survivant est chose du passé, je m’accroche au vivant en essayant de me sortir des pièges de la  victimisation  et de la survivance. Je suis actif et non plus réactif, j’ai du pouvoir sur ma vie, donc je m’efforce d’aider les adultes à ouvrir les yeux sur cette souffrance de l’enfant et de l’adulte.

 

Antipedophil: Jacques Benoit, vos sites Internet ont une notoriété grandissante, n’avez vous pas peur qu’ils éludent la puissance de votre œuvre écrite?

 

J.B:Le livre pourrait s’effacer, le site pourrait disparaître. Je vais continuer de le dire en le criant. Le but ultime est de venir en aide aux enfants. Je me couche le soir en m’imaginant que j’apporte un peu de lumière sur cette horrible histoire d’abus envers les humains, surtout les enfants.

 

Antipedophil: Jacques Benoit, croyez vous que notre combat sera un jour gagné?

J.B:Il serait prétentieux de croire que nous gagnerons ce combat ! Un enfant de moins victime de la pédophilie est un combat gagné.

 

Antipedophil: Jacques Benoit, vous êtes quelqu’un de fort et de courageux, les gouvernements ne devraient-ils pas s’entourer de gens comme vous pour faire avancer la cause?

 

J.B:Je crois que je dérange les grands de notre monde. Ils savent et nous ne savons rien !

Le cri du cœur passe par la sagesse du peuple. J’aimerais bien qu’ils m’invitent, malheureusement en 2006 le message que je tente de livrer passe par mes lecteurs et visiteurs de mon site. Qui sait, un jour le tabou fera place à la prévention.

Merci Monsieur Hourcle et bravo pour votre excellent travail, bravo pour votre site.

 

Jacques Benoit

 

 

Antipedophil: Jacques Benoit, tous nos remerciements pour cet entretien, je tenais particulièrement a vous mettre en avant et citerais Alice Miller:

 

”Monsieur Benoit,
Je suis contente que vous avez eu le courage de vous positionner clairement, ce qui est plutôt rare. Vous dénoncez, sans faire les compromis habituels, les crimes cachées derrière le « bénévole » dans les organismes qui prétendent protéger les enfants et vous montrez comment il est difficile, presque impossible, de mettre la vérité dans la lumière. J’espère que ce livre, plein d’émotions et bien écrit, aidera beaucoup de jeunes à se défendre efficacement des impostures au lieu de devenir une victime ou un complice. Il peut les encourager à parler et – qui sait ? – peut-être qu’ils trouveront des oreilles ouvertes justement grâce à votre livre. Je le souhaite à nous tous ».

 

 

 

 

Leave a Reply